Assurance de prêt désormais comprise dans l’endettement

L’assurance de prêt immobilier est désormais comprise dans le calcul de l’endettement. Effectivement, le HCSF a précisé en début d’année les règles de calcul du taux d’effort à 35 % des revenus. Les banques devront désormais inclure l’assurance de prêt. Voyons les conséquences de ce changement.

 

 

Assurance de prêt comprise dans l’endettement : statu quo 

Toutes les banques ne prenaient pas en compte l’assurance dans le calcul du taux d’endettement. En effet, les prêteurs calculaient 33% des revenus hors prime d’assurance. Si bien qu’avec la cotisation d’assurance, le taux d’effort dépassait largement les 33 %.

Aujourd’hui, l’intégration de l’assurance emprunteur dans le calcul du taux d’endettement est tout à fait logique. Même le taux annuel effectif global (TAEG) intègre déjà le coût de l’assurance.

En revanche, les nouvelles recommandations du HCSF ne semblent pas pouvoir produire d’effets . En effet, l’assouplissement du taux d’endettement à 35 % est neutralisé par la prise en compte de la prime d’assurance de prêt.

Votre âge ou votre état de santé peut facilement faire grimper la facture d’assurance. Ainsi, votre capacité d’emprunt immobilier diminue. Votre budget à l’achat est réduit. Soit vous compensez par votre apport personnel. Soit la banque refuse de vous accorder un crédit.

 

 

Assurance de crédit incluse dans l’endettement : le poids de l’assurance

C’est bien le poids du coût de l’assurance qui est la question centrale.

Ainsi, cette nouvelle règle de calcul rappelle le poids de l’assurance dans l’endettement de l’emprunteur. Il n’est pas rare que le coût de l’assurance emprunteur dépasse celui des intérêts d’emprunt.

La tendance a peu de chance de s’inverser. La délégation d’assurance de prêt est entravée et ce malgré la législation. Dans un contexte de taux immobiliers bas, les banques donnent la priorité à leur assurance groupe.

Les emprunteurs ont toutefois la possibilité de changer d’assurance une fois leur prêt immobilier accordé. En effet, la résiliation du contrat d’assurance de prêt est possible les 12 premiers mois du crédit et une fois par an. Mais, cette possibilité intervient a postériori. Elle ne résout pas le problème du poids de l’assurance pour obtenir un crédit immobilier actuellement.

 

En bref, le nouveau mode de calcul de l’endettement est plutôt vertueux. Mais l’assouplissement de l’endettement à 35 % ne signifie pas l’élargissement de l’accès au crédit immobilier. Bon nombre d’emprunteurs reste encore à l’écart.

 

Lire aussi :

3 garanties de l’assurance de prêt

Résilier son assurance emprunteur avec la loi ASAP

Assurance emprunteur : quelle quotité choisir ?

Assurance crédit, changer de contrat chaque année